Quelles tendances e-santé en 2023 ?

26 mars 2023 3 min de lecture

Aujourd’hui, la e-santé se développe de plus en plus, compte tenu de l’augmentation des maladies chroniques, du vieillissement de la population ou encore des exigences accrues des patients en termes de soins.

Une stratégie nationale bien définie

En France, depuis 2019, le ministère chargé de la Santé porte une stratégie nationale du numérique en santé. L’objectif est plus qu’une simple ambition, il est le signe d’une réelle politique et d’un engagement collectif au service des patients.

Quatre grands axes sont ainsi affichés sur le site de l’Agence du numérique en santé (affiliée au ministère de la Santé et de la Prévention) :

  • Prévention: Développer la prévention et rendre chacun acteur de sa santé ;
  • Prise en charge: Dégager du temps pour tous les professionnels de santé et améliorer la prise en charge des personnes grâce au numérique ;
  • Accès à la santé: Améliorer l’accès à la santé pour les personnes et les professionnels qui les orientent ;
  • Cadre propice: Déployer un cadre propice pour le développement des usages et de l’innovation numérique en santé.

Les tendances e-santé en 2023

Depuis son encadrement législatif en 2018, la e-santé n’a cessé d’évoluer. Son succès est dû aux enjeux des confinements successifs, au contexte de désertification médicale et à l’évolution de la société concernant les dispositifs proposés. Chaque année, de nouvelles tendances se dessinent et le public semble de plus en plus réceptifs aux technologies actuelles car elles sont désormais plus encadrées et contrôlées.

Les objets connectés 

Lors du salon CES 2023 (Consumer Electronic Show, grand salon international dédié aux innovations technologiques), AeviceMD a dévoilé un stéthoscope portable qui détecte les sifflements respiratoires anormaux liés à des maladies chroniques telles que l’asthme. Les données récoltées serviront aux médecins pour évaluer la santé cardio-pulmonaire de leur patient.

La start-up française Withings a également présenté lors de cet événement un nouvel objet connecté pour analyser l’urine, à fixer au bord des toilettes. Chaque cartouche permet ainsi de réaliser une centaine de tests à domicile.

Ces objets connectés aident à améliorer la capacité de surveillance des patients et ces dispositifs peuvent également analyser le comportement et l’environnement du patient. Ainsi, il sera possible de leur proposer des soins personnalisés.

 

L’intelligence artificielle : une aide précieuse pour les diagnostics

L’intelligence artificielle existe depuis de nombreuses années mais nous sommes désormais capables d’allier logique, numérique et données dans un même programme.

Grâce à des algorithmes de « deep learning » (ou « l’apprentissage profond » qui est un ensemble de méthodes d’apprentissages automatiques capables de mimer les actions du cerveau humain grâce à des réseaux de neurones artificiels), des applications ont été développées pour identifier les potentiels mélanomes à partir de photographies de peau et détecter la rétinopathie diabétique à partir d’images rétiniennes. L’obtention de ce résultat a nécessité un grand nombre d’échantillons d’apprentissage (50 000 pour le premier cas et 128 000 pour le second cas).

Dans cette même logique, d’autres projets se développent comme le système SUOG (Smart Ultrasound in Obstetric & Gynecology) permettant d’améliorer la qualité des examens échographiques durant la grossesse ou le projet PsyCare pour la prise en charge à un stade précoce de la schizophrénie.

Les mini labs

Ils ont fait leur apparition sur le dernier salon HIMSS (Healthcare Information and Management Systems Society, salon…). Basés sur la microfluidique, la transduction du signal et le numérique, ces laboratoires miniatures permettent d’analyser à domicile un grand nombre de données biologiques à partir d’une seule goutte de sang. La Covid-19 a été un parfait cas d’usage puisque le marché de la microfluidique est aujourd’hui estimé à 6 milliards de dollars/an avec un taux de croissance annuel de 15% dans les cinq ans à venir. Ses perspectives d’application sont nombreuses : diagnostic médical, criblage à haut débit et développement thérapeutique… et cette technologie rend notamment l’étude de l’ADN ou des cellules plus accessible et précise.

Les Femtechs

Au cours des prochaines années, le marché dédié à la santé des femmes devrait atteindre les 1,19 trillions de dollars en 2027 selon le « panorama général de la Femtech ». On définit la Femtech comme un terme appliqué à une catégorie de logiciels, de diagnostics, de produits et de services qui utilisent souvent la technologie pour se concentrer sur la santé des femmes. Elle reste encore trop souvent utilisée pour la santé reproductrice et sexuelle et tend à élargir son plan d’action vers la cardiologie et l’oncologie.

Les dernières actualité santé & prévoyance

Tenez-vous informé des actualités, inscrivez-vous à la newsletter

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.